Accueil2
Gilles
Biotope
Flore
Abeilles
Tilleuls
Foret
Tilleuls
Montagne
Foret
Contact
Cgv
Cgv

Ecrindemiel.com

Les abeilles

L'Apis mellifera est une abeille à miel, semi-domestique, originaire d'Europe.

Information

Photographies

Il existe en réalité, plus de 20 000 espèces d’abeilles sur la planète, dont environ 2500 en Europe et 1000 en France.


L’origine du mot "abeille" remonte au XIV° siècle et provient du latin "apicula". Aujourd’hui, "abeille" désigne les hyménoptères, la famille des Apidea. Les hyménoptères sont utiles à l’homme, grâce à leur rôle de pollinisation et de maintien des équilibres naturels. La famille des apidés, quant à elle, comprend trois sous-familles:

-Apidea, nos abeilles à miel

-Nomadinae, qui sont les abeilles cleptoparasites

-Xylocopinae, dont notamment les abeilles charpentières


La majorité des abeilles sont solitaires et ne produisent donc pas de miel. En Europe, l’espèce la plus connue est l’Apis mellifera. C’est une abeille "à miel", qui appartient au genre Apis. Elle a pu être domestiquée par l’Homme et convient bien à l’élevage. L’Apis mellifera comprend plusieurs sous-espèces, dont l’abeille noir, l’abeille caucasienne, l’abeille italienne etc.

Ecrin de Miel - Gilles ROCHE - La Bernardière - 38520 Saint-Christophe-en-Oisans - SIRET 528 413 883 000 18

Le département de l’Isère est riche de la mixité de sa flore et de ses différents climats.


Au mois d’Avril et de Mai, si la météo n’est pas trop capricieuse et que les colonies n’ont pas trop souffert durant l’hiver, je récolte le premier miel de l’année ! Le miel de printemps !


Courant Mai et Juin, j’emmène mes abeilles sur la floraison d’acacia et de châtaigniers dans les collines de la plaine. Ces essences poussent sur un substrat riche en argile. Le sol stocke assez bien l’humidité qui est garant d’une production importante de nectar. Mais un hiver rigoureux en amont ou bien un orage de printemps peut très facilement compromettre la production de nectar et la miellée est manquée !


Fin Juin, je transhume les abeilles sur les floraisons de fleurs sauvages dans les contreforts du massif de la Chartreuse, de Belledonne. Grace à leur relief et orientation, ces massifs sont régulièrement arrosés par les pluies. Je peux ainsi produire du miel d’été et de forêt. Parfois, si la chaleur est au rendez-vous et qu’il ne pleut pas trop, les pucerons s’installent sur les feuilles de certains arbres et produisent du miellat. Les abeilles en raffolent ! Ce type de miel s’en trouvera marqué par une saveur résineuse, épicée et de caramel salé.


Ensuite, j’emmène mes abeilles dans les prairies des montagnes de l’Oisans. Elles butinent les nombreuses ombellifères (berces, carottes sauvages…), les ronces (framboisiers), les thyms (serpolets) et autres essences sauvages. Ces plantes poussent sur un substrat drainant et acide. Pour que le nectar puisse monter dans les fleurs, les bonnes conditions en montagne sont rares. Il faut de l’humidité, de la chaleur le jour et la nuit et des prairies peu pâturées pendant la floraison. Il est très difficile d’avoir toutes ces conditions réunies. C’est pourquoi le miel issu de ce terroir est d’une grande valeur.


Pour terminer la saison de production et si j’ai encore assez d’énergie, j’emmène mes meilleures ruches sur la lavande dans la Drôme.


Ensuite, retour de toutes mes ruches dans les coins les plus chauds du bassin grenoblois pour se préparer et passer l’hiver.. Et là, j'insiste sur ceci: Les abeilles amassent le nectar, le transforment en miel et le stockent dans les alvéoles de cire en vue de survivre au prochain hiver. Si les récoltes sont bonnes pendant la saison, les réserves amassées représentent un surplus dont l'abeille n'aura pas forcément besoin pour passer l'hiver et se développer au printemps. Mon travail consiste à leur prendre ce surplus sans toucher à leurs réserves naturelles. Bien évaluer la quantité de miel à leur laisser pour leurs besoins est une garantie vitale pour les garder en bonne santé d'une année sur l'autre.